Les femmes de Thiès sont de véritables amazones. Et pour cause, elles se sont mobilisées pour rendre le séjour de la Commission itinérante agréable. Aussi bien lors des visites de courtoisie aux autorités que lors des inscriptions sans oublier l’hébergement et le ndogou des membres de la délégation. Et ce, en présence du Secrétaire général national du SUTSAS, Mballo Dia Thiam. D’ailleurs cela n’a pas du tout surpris dans la mesure où ces femmes, de véritables amazones, sont au cœur de la marche de l’héritage de Bakhao Seck dans la capitale du Rail.

C’est ainsi que la salle de conférence du Conseil régional de Thiès a refusé du monde (avec une majorité écrasante de femmes) pour mieux comprendre le protocole qui lie le syndicat à la Société de promotion immobilière NAMORA. Cette rencontre a été présidée par l’adjointe au Président du Conseil régional. Cette dernière n’a pas manqué de saluer la réalisation du programme « Un militant, un toit ». La question du toit étant une des préoccupations majeures du Chef de l’Etat.

Le SG national du SUTSAS, Mballo Dia Thiam, de même que le Directeur commercial de NAMORA Entreprises, Sidy Lamine Traoré, ont tour à tour expliqué l’origine du projet mais aussi le produit en tant que tel avec tous les avantages qu’il offre au bénéficiaire. Cela a suffi pour renforcer la confiance des militants et des militantes du SUTSAS dans la capitale du Rail.

Parmi ces militantes, on peut citer Mounina Wade, la Secrétaire générale adjointe de l’Union régionale SUTSAS de Thiès. Elle qui dirige, en même temps la section départementale. Elle a été au devant de la scène durant le séjour de la Commission en mettant ses membres dans des conditions idéales de travail mais aussi d’hébergement. Au-delà, son engagement n’a pas du tout surpris puisque cette militante du développement et de la reconnaissance de la femme est également connue pour le combat qu’elle mène avec le Conseil Sénégalais des Femmes (COSEF) mais aussi avec le Réseau Siggil Jiggen.

Autre amazone, Anna Ngom que ces sœurs qualifient de battante. Elle fait partie des anciennes à qui le SUTSAS fait entièrement confiance. C’est le cas également de Mme Badiane Aïcha Diémé, gestionnaire du Programme, par ailleurs secrétaire adjointe chargée des affaires sociales, culturelles et sportives. Dynamique, elle a fait ses armes dans le mouvement Scout avant de servir à Enda Tiers—Monde avec les enfants en situation difficile. Cette mère de famille, d’un commerce facile, a été responsable d’un programme consacré aux femmes à Louga. Mais son premier poste dans la santé, elle l’a eu à l’hôpital régional de Thiès où elle est assistante sociale.

Trois femmes, pour ne citer que celles-là, qui font partie de ces militants qui se battent pour que leur syndicat se renforce quantitativement mais surtout qualitativement. Des exemples à suivre.